DOCUMENTATION GRATUITE

CONTACTEZ-NOUS
01.46.00.68.28
web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Pays :

Téléphone :

* Sauf week-end et jours fériés

Ouragan Irma : la mobilisation publique

Entre le 29 août et le 12 septembre, un ouragan se développe dans l’Atlantique pour s’abattre sur les Antilles et poursuivre sa route vers la Floride. Irma, c’est son nom, est classé en catégorie 5, soit le degré le plus élevé de l’échelle de Saffir-Simpson. Il frappe le 6 septembre les collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, causant des dégâts extrêmement lourds et des pertes humaines. Comment l’État se mobilise-t-il pour faire face à la situation ?

Ouragan, cyclone… de quoi s’agit-il ?

 

On le nomme cyclone dans l’Océan indien et dans le Pacifique sud, typhon dans le Pacifique nord-ouest, et ouragan dans l’Atlantique nord et le Pacifique nord-est. C’est dans tous les cas une violente tempête aux vents dépassant 120 km/h, créant des tourbillons.

Irma est à la fois l’ouragan le plus puissant jamais observé dans l’Atlantique et le cyclone tropical le plus long, avec des vents enregistrés à 295 km/h durant 33 heures d’affilée.

 

Les dégâts à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

 

Les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, situées au nord des Antilles françaises, sont dans la trajectoire de l’œil du cyclone. L’ouragan submerge leurs côtes de déferlements de vagues et des rafales de vents atteignant 360 km/h frappent les deux collectivités. Les dégâts matériels sont majeurs et les territoires présentent l’aspect de zones bombardées. Selon le président du conseil territorial de Saint-Martin, « 95 % de l’île de Saint-Martin est détruite ».

Quatorze morts et une cinquantaine de blessés sont à ce jour à déplorer dans les Antilles françaises. La Croix-Rouge prévoit 26 millions de personnes impactées par l’ouragan.

 

Les forces déployées

 

Différentes actions sont menées en parallèle dès l’annonce de l’arrivée de l’ouragan, avec notamment des hommes des Forces armées aux Antilles et du matériel du Génie prépositionnés dès le 4 septembre.

Depuis, 410 gendarmes, 80 policiers et une centaine de militaires sont déployés. 550 sapeurs-pompiers et militaires de la sécurité civile sont également mis à disposition. Le Premier ministre annonce le 9 septembre une augmentation des forces déployées à Saint-Martin, avec l’envoi de 240 gendarmes supplémentaires, soit trois escadrons de gendarmerie mobile. Trente hommes du GIGN et quinze hommes du GIPN sont également détachés.

 

Quelles actions ?

 

Les gendarmes participent aux secours avec les pompiers, les équipes de la réserve sanitaire et les cynophiles, afin de retrouver les personnes. Ils font également face aux troubles à l’ordre public, notamment aux pillages qui ont lieu sur les deux îles. Vingt-trois arrestations sont annoncées, discernant les vols de nourriture de nécessité et les vols opportunistes (1électroménager, hi-fi, etc.). La préfecture locale décrète un couvre-feu interdisant de circuler entre 19 heures et 7 heures.

Les forces armées réalisent des vols de reconnaissance et mettent à disposition deux frégates acheminant un chargement de fret de première urgence. Un pont aérien assure la liaison avec la Guadeloupe et la Martinique ; un appareil de transport militaire, trois hélicoptères Puma, trois autres hélicoptères de l’Intérieur, et quatre avions civils réquisitionnés évacuent les personnes prioritaires : blessés, femmes enceintes, enfants de moins de deux ans. Un avion A400M réalise des rotations humanitaires et le porte-hélicoptères BPC Tonnerre appareille avec un bataillon de marins-pompiers marseillais, pour permettre l’envoi de matériel lourd de terrassement et d’hélicoptères. Un bateau-citerne est également prévu.

 

Conclusion

 

Face à la dévastation causée par Irma, c’est toute une gestion de crise qui est à l’œuvre. Les forces publiques font face à la catastrophe et assurent d’indispensables missions de secours et de maintien de l’ordre, dans le respect des priorités établies : restaurer l’ordre public, coordonner les moyens et reconstruire.

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.3/5 sur 175 avis
Nous sommes bien accueillis et bien encadrés. Les référants sont très à l'écoute et efficaces....
peggy
Sa se passe très bien...
hidji
Très à l’écoute...
bryan
Très bien...
tano

Autres articles du blog