DOCUMENTATION GRATUITE

CONTACTEZ-NOUS
01.46.00.68.28
web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

La sécurité routière : les mesures prises par le gouvernement

Depuis de très nombreuses années, beaucoup trop de personnes sont tuées sur les routes en France. En 2014, le nombre de tués (13388) a augmenté de 3.7 % en France pendant que celui de blessés était également en hausse de 2.5 % par rapport à 2013.

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve vient de présenter une série de mesures afin de tenir l’objectif de diminution du nombre de morts sur les routes.

La sécurité routière, un domaine encadré

La Délégation à la sécurité et à la circulation routières (1DSCR) créée en 1982 au sein du ministère de l’équipement est depuis 2012 rattachée au ministère de l’intérieur.

Cette Direction élabore et met en œuvre la politique de sécurité routière et apporte son concours à l’action interministérielle.

Les missions principales qui lui sont attribuées sont :

  • Le code de la route
  • L’éducation routière
  • L’animation de la politique de sécurité routière au plan national et au plan local
  • Le contrôle automatisé des infractions routières
  • La communication et l’information en matière de sécurité routière
  • Les études et expérimentations dans le domaine de la sécurité routière, avec le concours de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (1ONISR)

Politique de sécurité routière

Beaucoup d’autres acteurs publics interviennent sur la sécurité routière :

  • Le ministère de l’intérieur qui définit et met en œuvre la politique en matière de sécurité et d’éducation routières
  • Le ministère de l’écologie et du développement durable qui est en charge de définir et de mettre en place les politiques de réglementation technique des véhicules et de sécurité des infrastructures routières
  • Le ministère de l’éducation nationale par l’intermédiaire de la Direction Générale de l’Enseignement scolaire qui est chargée des premiers enseignements à la sécurité routière dans les écoles, collèges et lycées

Cet encadrement particulier permet à un certain nombre de ministères de travailler ensemble ce qui aboutit à 26 propositions, articulées autour de 4 axes. Voici le détail de ces principales mesures.

Le premier axe consiste à sensibiliser, prévenir et former

  • Une réforme du permis de conduire avec une conduite accompagnée dès 15 ans ;
  • La possibilité de passer le permis à 17 ans et demi ;
  • La généralisation du module de sensibilisation à la sécurité routière en classe de seconde ainsi que lors de la journée d’appel suivie par les jeunes à 18 ans ;
  • L’abaissement du taux légal d’alcoolémie à 0.2g/litre pour les jeunes conducteurs ;
  • Une sensibilisation aux risques liés aux pratiques addictives ainsi qu’à l’utilisation du téléphone portable au volant.

Le deuxième axe a pour objectif de protéger les plus vulnérables

  • La possibilité pour les Maires d’abaisser la vitesse sur une partie ou la totalité de leur agglomération ;
  • Rendre obligatoire pour les conducteurs de deux-roues le port du gilet de sécurité en cas d’arrêt d’urgence ;
  • Mettre en place des mesures pour le stationnement des véhicules qui améliorerait la visibilité des piétons et donc diminuerait pour eux les dangers dus à la circulation.

La sécurité routière en France

 

Le troisième axe est plus répressif puisqu’il consiste à lutter sans relâche contre les infractions graves

  • Poursuivre la modernisation des radars notamment en déployant des radars double-face qui permettront de mieux identifier les auteurs d’infraction ;
  • Lutte plus intensive contre l’usage de stupéfiants grâce à la généralisation de la technique du double prélèvement salivaire ;
  • Lutte contre les pratiques dangereuses au volant, essentiellement l’utilisation du téléphone portable.

Les mesures prises pour la sécurité routière

 

Quatrième et dernier axe améliorer la sécurité des véhicules et des infrastructures

  • Limiter les risques de contresens sur les autoroutes ;
  • Développer la mise en place d’enregistreurs de données de route dans les véhicules ;
  • Fournir aux collectivités territoriales des outils afin de les aider dans leurs démarches d’amélioration de la sécurité routière.

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.3/5 sur 175 avis
Tres simple à utiliser. Bien expliquer...
trompat
Cours très bien expliquer...
benjamin
tre bien...
bedja
Très bonne prise en charge. Réponses claires aux questions posées....
candys

Autres articles du blog