DOCUMENTATION GRATUITE

CONTACTEZ-NOUS
01.46.00.68.28
web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

L’Association des petites villes de France, un acteur engagé

Les petites villes occupent une place essentielle dans le maillage urbain français. L’Association des petites villes de France (1APVF) s’occupe de défendre leurs revendications auprès du gouvernement et de l’Union Européenne.

La définition de la petite ville

La définition de la petite ville n’est pas aisée : les seuils démographiques varient d’une étude à l’autre, les situations géographiques sont diverses. C’est une ville qui compte un nombre relativement réduit d’habitants. La limite inférieure de 2000 habitants est le seuil statistique de l’urbain en France, mais ce seuil n’est pas adopté par tous les chercheurs.

L'association des petites villes de France (1ADVF)

L’INSEE lui-même retient souvent la limite de 3000 habitants. Quant à l’Association des petites villes de France (1APVF), elle fédère depuis 1990 les petites villes de 2500 à 25 000 habitants.

Allant du rural à l’urbain, la petite ville occupe une position charnière, à l’interface des deux. L’APVF veille à promouvoir leur rôle spécifique dans l’aménagement du territoire.

La petite ville : une fonction d’intermédiaire entre les espaces ruraux et urbains

Outre le nombre réduit d’habitants, c’est une ville qui présente des caractéristiques économiques et fonctionnelles. Elle diffère de la grande ville par l’impossibilité d’y réaliser de véritables économies d’agglomération, mais elle concentre un certain nombre d’équipements tertiaires.

Les petites villes de 3000 à 20 000 habitants sont au nombre de 2458 en France métropolitaine et rassemblent plus de 16 millions d’habitants. Leur population en forte augmentation, est jeune et les familles y sont nombreuses. Cet ensemble très diversifié comprend d’anciens villages rattrapés par le mouvement d’extension de grandes villes, des communes de banlieue, des petits pôles urbains, relais de la capitale régionale ou des pôles ruraux rayonnant sur un territoire étendu.

Les services publics des petites villes sont essentiels pour dynamiser un territoire, attirer des investisseurs privés et assurer une offre de service équitable et de proximité. Cependant ces services publics sont sous les coups de la rentabilité et de la concentration.

Le budget des petites villes est aujourd’hui mis à mal par la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales avec toutes les conséquences qui en découlent en matière d’investissement local et de fonctionnement des services publics locaux. Or La faible taille des structures est souvent invoquée pour les fermer, qu’il s’agisse d’hôpitaux, de tribunaux ou de bureaux de poste.

L’Association des petites villes de France (1APVF) : une force de proposition, d’action et d’accompagnement

Fondée en 1989, L’APVF compte aujourd’hui près de 1200 adhérents et compte donner du poids aux petites villes en faisant entendre leurs revendications auprès du gouvernement, du parlement et auprès de l’Union Européenne. Elle est gérée par un conseil d’administration qui se réunit deux fois par an.

L’APVF défend la vision d’un aménagement concerté et équilibré des territoires. Elle s’engage pour une offre de services publics de qualité et de proximité qui permette de maintenir l’attractivité et le dynamisme des territoires. Les maires des petites villes font des propositions en matière de réforme de la fiscalité et appellent le gouvernement à amplifier le soutien à l’investissement local dès le projet de loi de finances pour 2016.

Concernant la réforme de la Dotation globale de fonctionnement (1DGF), l’APVF est opposée à une généralisation de la DGF territorialisée qui entraverait l’autonomie financière des communes.

Par ailleurs L’APVF multiplie les initiatives destinées à rapprocher l’Europe des petites villes, ainsi qu’à défendre leurs intérêts face aux instances communautaires.

 

Les petites villes sont les actrices de la recomposition territoriale et les moteurs de la coopération intercommunale. Entre monde rural et grandes agglomérations, elles constituent aujourd’hui un pivot fondamental, « véritable facteur d’équilibre contre les excès de la métropolisation ».

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.3/5 sur 175 avis
Je décrit le cour servais autours de moi vraiment d'un avis positif pour l'encadrement à la formation et révision des concours de la police na...
benjamin
Sa se passe très bien...
hidji
Bonjour,
je suis ici en présence de cette coure pour apprendre a mieux connaitre le monde qui nous entour......
hassani
Ensemble satisfaisant, bon contenu cependant, quelques fautes dans les exercices et les cours, exercices en ligne parfois infaisable car énoncé...
alexandre

Autres articles du blog