DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

Jacques Chirac en cinq dates

L’ancien président de la République (1995-2007) nous a quitté ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Retour sur cinq dates qui ont fait de Jacques Chirac, un homme politique pas comme les autres.

 

© Eric Pouhier – CC BY-SA 2.5

Le discours du Vel d’Hiv

Le 16 juillet 1995, Jacques Chirac, alors Président de la République, s’exprime au Square des martyrs du Vel d’Hiv dans le 15e arrondissement de Paris.

« La France, patrie des lumières et des droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable », déclare ce jour-là l’ancien maire de Paris, qui préside les cérémonies du 53e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. « Oui, la folie criminelle de l’occupant a été secondée par des Français, par l’État français ».

Pour la première fois, un président de la république Française reconnait la responsabilité de la France dans les déportations de juifs. Historique.

DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

La dissolution de l’Assemblé nationale

Ce fût l’un des épisodes les plus rocambolesques de l’histoire politique française. En avril 1997, le président Jacques Chirac décide de dissoudre l’Assemblée nationale où la droite est pourtant majoritaire. Le but ? L’idée de se faire réélire lors des élections législatives anticipées, pour ensuite se lancer dans des mesures impopulaires. Une mauvaise analyse qui coûtera cher à la droite.

La gauche, menée par Lionel Jospin et de fortes personnalités (Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, Bernard Kouchner ou encore Ségolène Royal) remporte quelques semaines plus tard les élections législatives. Lionel Jospin devient alors Premier ministre et s’installe à Matignon. C’est le début de la troisième cohabitation de la Ve République.

Non à la guerre en Irak

« L’Irak ne représente pas aujourd’hui une menace immédiate telle qu’elle justifie une guerre immédiate. La France en appelle à la responsabilité de chacun pour que la légalité internationale soit respectée (…). S’affranchir de la légitimité des Nations Unies, privilégier la force sur le droit, ce serait prendre une lourde responsabilité ».

Le 18 mars 2003, Jacques Chirac détonne. Convaincu qu’une guerre déstabilisera la région, le président de la République française refuse de se joindre aux États-Unis et à la Grande-Bretagne pour envahir l’Irak. Le lendemain, la guerre est déclenchée et le chef de l’Etat bat tous les records de popularité, avec plus de trois quarts des Français se déclarant satisfaits de sa décision.

Le discours à l’ONU

3 septembre 2002. « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Réunis sous l’égide de l’ONU tous les dix ans pour évoquer l’environnement, les dirigeants du monde entier sont interpellés par le président français. Pourtant, en 2002, l’environnement n’a pas encore l’importance qu’on lui accorde aujourd’hui. Au sommet de la Terre à Johannesburg (Afrique du Sud), Jacques Chirac surprend une fois de plus son monde dans un discours qui marquera les esprits.

« L’Europe est frappée par des catastrophes naturelles et des crises sanitaires. L’économie américaine, souvent boulimique en ressources naturelles, paraît atteinte d’une crise de confiance dans ses modes de régulation. L’Amérique Latine est à nouveau secouée par la crise financière et donc sociale. En Asie, la multiplication des pollutions, dont témoigne le nuage brun, s’étend et menace d’empoisonnement un continent tout entier. L’Afrique est accablée par les conflits, le sida, la désertification, la famine. Certains pays insulaires sont menacés de disparition par le réchauffement climatique (…) Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ! (..) Prenons garde que le XXIe siècle ne devienne pas, pour les générations futures, celui d’un crime de l’humanité contre la vie ».

Musée du Quai Branly

C’est sous l’impulsion de Jacques Chirac que le 20 juin 2006, le musée du quai Branly ouvre ses portes. Situé dans le 7e arrondissement de Paris, au pied de la tour Eiffel, le bâtiment réalisé par l’architecte Jean Nouvel, est dédié aux civilisations non européennes. Connaisseur érudit des arts premiers et du Japon, Jacques Chirac a su laisser une trace culturelle importante lors de son passage au pouvoir.

Le musée qui porte aujourd’hui son nom (Musée du quai Branly – Jacques Chirac), lui avait même consacré une exposition en 2016, « Jacques Chirac ou le dialogue des cultures » pour fêter ses dix ans d’existence.

Les avantages d’une formation du Cours Servais

À VOTRE
RYTHME
SUIVI
PERSONNALISÉ
70.000
ÉLÈVES
FORMÉS
86,9%
ÉLÈVES
SATISFAITS*

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.5/5 sur 228 avis
Très bon suivi...
nikola
Très bien...
oussama
Dans l'ensemble des devoirs c'est très bien par contre pour les corrections c'est très long car on est obligé d'attendre la correction pour po...
yoram
Bon cours et bonne cummunication. Cependant, manque de places dans les cours par vidéo en ligne, dommage et a ameliorer !!!...
laura
Fermer

RAPPEL IMMÉDIAT ET GRATUIT !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.