DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

La fin du grand débat national, et maintenant ?

Le grand débat national lancé mi-janvier 2019 constitue une réponse à la crise des Gilets jaunes. Ce grand débat a pris fin le 15 mars, après deux mois de réunions partout en France et une masse de propositions dans laquelle l’exécutif va devoir piocher pour répondre aux attentes des Français.

 

© RVNW – Adobe Stock

 

L’ouverture du grand débat

Le chef de l’État a décliné quatre grands thèmes de la consultation nationale : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, et la démocratie et la citoyenneté.

Deux ministres ont été chargés d’animer le débat et cinq garants ont été choisis pour en assurer l’indépendance. Les élus locaux ont été désignés par l’exécutif comme des relais importants. Le chef de l’État a multiplié les rencontres « marathon » avec des centaines de maires.

Au total, on compte 10 134 réunions locales et plus de 1,9 million de contributions sur le site dédié. Quelque 16 300 « cahiers citoyens » ont été déposés dans les mairies et 27 400 courriers ou mails ont été reçus. Près de 2 millions de contributions ont été déposées sur la plateforme en ligne du grand débat national. Puis des conférences régionales avec des citoyens tirés au sort et une conférence dédiée à la jeunesse ont été ensuite organisées, et les députés ont débattu des thèmes de consultation le 2 et 3 avril dernier.

 

 

DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

L’issue du grand débat

L’énorme masse des données récoltées a été analysée, et la synthèse des différentes contributions a été présentée par le Premier ministre lors d’une grande réunion de restitution le 8 avril.

Les citoyens ont souligné l’urgence de la transition écologique, de manière offensive et avec des technologies innovantes, la nécessité de réduire la dépense publique plutôt que d’augmenter les impôts, leur attachement à la commune et le besoin de proximité, d’accessibilité aux services publics, aux transports et à la santé. Par ailleurs, l’attente d’une démocratie plus participative est très forte.

 

Les pistes de réflexion pour l’avenir

Cette grande concertation n’est « ni une élection, ni un référendum », c’est une « initiative inédite dont j’ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions » a écrit le chef de l’État. Il a assuré que les propositions des citoyens serviraient à l’élaboration d’un « nouveau contrat pour la Nation » dont il rendra compte.

D’après les informations diffusées par les médias, le Président de la République serait prêt à lancer plusieurs chantiers concernant les institutions : une nouvelle décentralisation, la réduction du nombre de parlementaires, l’organisation de référendum d’initiative populaire au niveau local ou encore la suppression de l’ENA (École nationale d’administration). Du côté des retraites, les pensions inférieures à 25 000 euros par an pourraient être indexées sur l’inflation. En matière fiscale, la baisse des impôts pour les classes moyennes semble acquise, mais le rétablissement de l’ISF (impôt sur la fortune) est exclu. Il n’y aurait aucune fermeture d’écoles et d’hôpitaux jusqu’à la fin du quinquennat.

Conclusion

Les annonces pourraient s’étaler jusqu’à l’été et prendre différentes formes. Parmi les pistes qui circulent, on peut citer le référendum, des projets de loi, un Grenelle social, un remaniement… Le Président doit s’exprimer le 25 avril prochain, affaire à suivre.

Les avantages d’une formation du Cours Servais

À VOTRE
RYTHME
SUIVI
PERSONNALISÉ
70.000
ÉLÈVES
FORMÉS
8,5/10
ÉLÈVES
SATISFAITS*

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.4/5 sur 231 avis
Super...
vanessa
Les il y a rien à dire tout est clair. C'est très bien....
marinette
Prise en charge du dossier, suivi et conseil...
gaelle
Très présente et à l’écoute...
dylan
Fermer

RAPPEL IMMÉDIAT ET GRATUIT !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.