DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

La prévention de la radicalisation

Après l’attentat d’octobre à la préfecture de police de Paris, Emmanuel Macron en a appelé à une « société de vigilance » afin de renforcer la prévention de la radicalisation.

© asiandelight – Adobe Stock

 

Radicalisation et passage à l’acte

Plus de 20 000 personnes sont actuellement recensées comme radicalisées par le ministère de l’intérieur. Le fichage concerne des personnes au large spectre : de la dérive sectaire au jihadiste en puissance. Il est donc indispensable de bien faire la distinction entre simple radicalisation et radicalisation dite violente.

La radicalisation violente renvoie à :

– l’adoption d’une idéologie dont la logique devient un véritable cadre de vie, d’action et de signification pour un individu ;

– la croyance dans l’utilisation des moyens violents pour faire entendre une cause ;

– la fusion entre l’idéologie et l’action violente.

S’il est assez complexe de comprendre l’élément déclencheur qui pousse un individu à passer à l’acte, le processus de radicalisation menant à la violence est étudié avec attention et on trouve bien souvent une dynamique de rupture des individus avec leur environnement de proximité, une approbation d’événements meurtriers, un changement de comportement…

Prévenir la radicalisation

Le principal outil du suivi de la radicalisation est le Fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) auquel 21 039 individus sont inscrits.

Depuis 2014 plusieurs lois sont venues renforcer les dispositifs de lutte contre le radicalisme : les mesures prises vont de l’accroissement de la sanction, à la création d’un fichier judiciaire national, en passant par le renforcement des moyens de police et de contrôle.

S’il est difficile de mesurer précisément l’effet de ces politiques, il est constaté une stagnation du nombre de personnes inscrites au fichier FSPRT, ce qui permet de penser à une maîtrise de l’évolution des radicalisés violents.

Conclusion

La détection des radicalisés pouvant passer à l’acte doit être renforcée. Il reste toutefois complexe de détecter les signes de radicalisation violente, et les multiples grilles de détection peuvent également devenir stigmatisantes. Rappelons qu’un positionnement radical n’est pas nécessairement en contradiction avec les valeurs démocratiques, et que toute radicalisation n’est pas violente.

Les avantages d’une formation du Cours Servais

À VOTRE
RYTHME
SUIVI
PERSONNALISÉ
70.000
ÉLÈVES
FORMÉS
86,9%
ÉLÈVES
SATISFAITS*

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.5/5 sur 231 avis
Parfait...
edair-manuel
Les cours sont super instructifs...
quentin
Les choses sont expliques de maniere clair nette et precise...
leila
Super...
alice
Fermer

RAPPEL IMMÉDIAT ET GRATUIT !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.