DOCUMENTATION GRATUITE

CONTACTEZ-NOUS
01.46.00.68.28
web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

La police de proximité

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a annoncé durant l’été son souhait de mettre en place d’ici la fin de l’année la « police de sécurité » promise par Emmanuel Macron durant sa campagne électorale. 

Un dispositif qui fait débat

La police de proximité est créée en 1998 sous le gouvernement de Lionel Jospin et se généralise en 2013. L’objectif était alors de mieux prévenir la délinquance et de « faciliter le vivre ensemble » en développant de meilleures relations entre policiers et population, notamment dans les quartiers.

Nicolas Sarkozy recentrera dès 2003 la police nationale sur ses missions régaliennes et supprimera cette police de proximité. Défendue par les gouvernements de gauche, elle est jugée trop consommatrice d’effectifs pour peu de résultats par les gouvernements de droite, qui préféreront développer les brigades d’intervention et une police plus « répressive ».

Elle refait son apparition dans le projet du nouveau président de la République sous le nom de « police de sécurité quotidienne ».

Le nouveau projet

Pendant la campagne présidentielle, le futur président avait déclaré vouloir revenir à une organisation « plus proche du terrain et mieux intégrée dans le tissu social des quartiers ».

C’est donc à nouveau la nécessité de la présence d’une force de police ancrée dans les zones sensibles qui est recherchée dans la création de cette police de proximité qui prend une nouvelle appellation : la « police de sécurité quotidienne ».

Les moyens et les effectifs de ce nouveau dispositif ne sont pas encore connus.

Créer du lien

La « police de sécurité quotidienne » ressemblera certainement en partie à l’ancienne police de proximité ; il conviendra cependant, pour Emmanuel Macron, de remettre à l’ordre du jour une organisation au plus près des concitoyens et de construire davantage avec les élus de terrains et l’ensemble des acteurs de la sécurité.

Prévenir la délinquance et la radicalisation doit en effet passer par une meilleure connaissance du terrain et l’établissement de liens durables avec la population.

Conclusion

La police de proximité peut être un véritable facteur d’apaisement entre jeunes et policiers dans les quartiers difficiles.

Toutefois, dans un contexte de restriction budgétaire et face aux résistances idéologiques, les écueils liés à sa mise en œuvre ne sont pas encore levés.

L'avis de nos élèves : Cours Servais

0/5 sur 0 avis
Transparent !!!...
laurent
Service attentif, à l'écoute, rien à dire. Très contente, je recommande fortement....
adeline
Je décrit le cour servais autours de moi vraiment d'un avis positif pour l'encadrement à la formation et révision des concours de la police na...
benjamin
Aucun commentaire a faire , très bon accueil...
pauline

Autres articles du blog