DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

Les centres de loisirs jeunes de la police nationale

Durant l’été, et également toute l’année, de nombreux jeunes bénéficient d’activités en centres de loisirs. Il existe des centres moins connus, animés par des policiers pas comme les autres : les centres loisirs jeunes de la police nationale. Dans ces CLJ, des fonctionnaires de police reconvertis en animateurs prennent en charge des jeunes en rupture. Comment fonctionnent ces centres et qui sont ces policiers qui œuvrent sur la prévention ?

 

centre de loisirs jeunes police nationale

©Sergei Domashenko / Adobe Stock

 

Des fonctionnaires de police pas comme les autres

 

La mission prioritaire des centres de loisirs jeunes de la police nationale est de mettre en place une véritable structure qui permette aux fonctionnaires et aux jeunes de se rencontrer. Ces centres sont généralement ouverts aux mineurs âgés de 8 à 17 ans. L’objectif est de proposer une réelle alternative à la violence, à la délinquance mais également à l’oisiveté.

L’ambition des centres de loisirs jeunes de la police nationale est de permettre au plus grand nombre de jeunes de pouvoir participer aux différentes activités proposées.

Les centres de loisirs jeunesse mobilisent les jeunes au travers d’activités sportives, aquatiques ou terrestres : catamaran, kayak, ski nautique, plongée sous-marine, course d’orientation, divers sports collectifs mais également sports de combat comme le judo ou le taekwondo. Peuvent également être mises en place des activités comme des cours de cuisine ou de couture par exemple.

Dans ces centres, les encadrants ne sont pas de jeunes animateurs détenteurs d’un BAFA mais des policiers spécialement formés et totalement volontaires pour conduire ces activités.

 

policiers animateurs CLJ

Adobe Stock

 

DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

Les résultats des centres de loisirs jeunes de la police nationale

 

Le succès de ces centres de loisirs est sans appel. La preuve en est que ce dispositif s’étend à travers la France.

L’inscription dans ces différents centres est bien évidemment volontaire, charge à ceux qui souhaitent les développer d’en faire une promotion efficace en utilisant les moyens de communication qui touchent les jeunes. Un prix attrayant doit également être adopté pour ne pas freiner les inscriptions des populations les moins aisées.

Une des clés du succès de ces centres est de mélanger des enfants issus de différentes classes sociales ; en apprenant à se connaître, les jeunes auront forcément plus de respect les uns pour les autres.

Au-delà des activités sportives et artistiques vues plus haut, l’accent est également mis sur l’éducation civique et la citoyenneté. Les visites de commissariat sont fréquentes ainsi que des rencontres avec les pompiers qui vont même parfois jusqu’à un enseignement des rudiments des gestes de premier secours. Se connaître de cette manière aura probablement pour conséquence d’éviter de « caillasser » les véhicules lors d’interventions.

Il arrive même que parfois ces centres ouvrent des vocations et qu’à l’issue de ces vacances particulières des jeunes franchissent le pas jusqu’à passer les concours d’entrée dans la police nationale.

activités CLJ police nationale

©Denis Moskvonov / Adobe Stock

 

La mission prioritaire des centres de loisirs jeunes de la police nationale est de mettre en place une véritable structure qui permette aux fonctionnaires et aux jeunes de se rencontrer. Ces centres sont généralement ouverts aux mineurs âgés de 8 à 17 ans. L’objectif est de proposer une réelle alternative à la violence, à la délinquance mais également à l’oisiveté.

L’ambition des centres de loisirs jeunes de la police nationale est de permettre au plus grand nombre de jeunes de pouvoir participer aux différentes activités proposées.

Les centres de loisirs jeunesse mobilisent les jeunes au travers d’activités sportives, aquatiques ou terrestres : catamaran, kayak, ski nautique, plongée sous-marine, course d’orientation, divers sports collectifs mais également sports de combat comme le judo ou le taekwondo. Peuvent également être mises en place des activités comme des cours de cuisine ou de couture par exemple.

Dans ces centres, les encadrants ne sont pas de jeunes animateurs détenteurs d’un BAFA mais des policiers spécialement formés et totalement volontaires pour conduire ces activités.

 

Conclusion

Ces centres existent maintenant depuis plusieurs années mais ne sont pas forcément très connus. Il serait peut-être pertinent que les différents médias se relaient pour en faire la promotion et ainsi démontrer que nous pouvons tous vivre ensemble en s’en donnant la peine.

Les avantages d’une formation du Cours Servais

 
À VOTRE
RYTHME
 
SUIVI
PERSONNALISÉ
70.000
ÉLÈVES
FORMÉS
86,9%
ÉLÈVES
SATISFAITS*

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.4/5 sur 168 avis
Très bon service mais quelques défauts au niveau de la mise en page, notamment sur la visibilité de certains exercices....
alison
Très bien servie et à l'écoute...
christophe
Cela nous aide à préparer notre concours . Je suis très content ....
bilel
Complet, bien encadré et accompagné...
julien
Contactez-nous

Un projet de formation ? Nous vous appelons !*

callback

Jour
Heure

Merci de renseigner les champs obligatoires

thank you

Merci et à très vite

Un conseiller vous recontactera pour vous renseigner ou vous accompagner dans votre projet de formation.