DOCUMENTATION GRATUITE

Contactez-nous 01.46.00.68.28

Les observateurs extérieurs dans les services de police et de gendarmerie

Le 3 août dernier, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a annoncé une directive formalisant le rôle des observateurs extérieurs immergés aux côtés des forces de l’ordre.

Une mission jusqu’ici inconnue du grand public.

Qui sont les observateurs extérieurs ?

Ils sont présents partout, sans que vous le sachiez. Dans le domaine judiciaire tout d’abord, mais également dans l’ordre et la sécurité publique. Les observateurs extérieurs peuvent être des étudiants, des élus, des magistrats ou encore des journalistes. On les retrouve par exemple dans les patrouilles anticriminalité, dans les opérations de sécurité routière ou lors des entraînements de CRS.

Bien que leur statut soit flou, leur mission est claire : observer. Ils peuvent à ce titre être conviés à des phases de formation lors des entraînements des forces de l’ordre. Sur le terrain en revanche, ils ne doivent en aucun cas être positionnés « en première ligne ». Ils n’ont donc pas le droit d’intervenir dans les opérations de maintien de l’ordre.

Quel est l’objectif de cette fonction ?

La présence des observateurs permet tout d’abord de renforcer le lien entre la police et la population. C’est également une véritable source d’enrichissement mutuel :

  • pour les forces de l’ordre, c’est une façon de recueillir un avis extérieur sur les opérations qu’elles mènent au moment du débriefing ;
  • pour les observateurs, notamment quand il s’agit d’étudiants (énarques, polytechniciens), cet accès leur permet de découvrir et de comprendre la complexité des tâches des forces de l’ordre.

La définition d’un cadre strict

L’accroissement du nombre d’observateurs nécessite l’élaboration d’un cadre juridique précis. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a récemment rendu un rapport sur les conditions d’accueil des observateurs extérieurs. Dans une directive publiée le 3 août dernier, le ministre de l’Intérieur a précisé les règles de participation de ces derniers, en suivant à la lettre les préconisations formulées par l’IGPN.

Le nouveau cadre juridique imposé par la directive repose sur différents éléments :

  • une autorisation devra obligatoirement être donnée par les préfets ou directeurs régionaux ;
  • une charte des droits et des devoirs des observateurs, précisant le rôle et les limites de ce statut, sera transmise aux personnes concernées ;
  • un référent pédagogue et expérimenté devra systématiquement être désigné pour recadrer l’observateur si besoin ;
  • les observateurs devront maintenant présenter un signe distinctif (brassard ou chasuble) pour ne plus être confondus avec les forces de l’ordre.

Conclusion

L’accueil d’un observateur extérieur permet aux forces de l’ordre de recueillir un point de vue extérieur sur leurs missions et de tisser du lien avec la population. Quant aux observateurs eux-mêmes, notamment les futurs cadres de l’administration publique, cette opportunité leur permet de se confronter au terrain pour mieux l’appréhender dans leurs futures fonctions.

Les avantages d’une formation du Cours Servais

À VOTRE
RYTHME
SUIVI
PERSONNALISÉ
70.000
ÉLÈVES
FORMÉS
8,5/10
ÉLÈVES
SATISFAITS*

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.5/5 sur 247 avis
Sérieux,très gentil,on travaille à son rythme,je recommande vivement!...
christophe
Très bon suivie...
ummuhan
Trés bien...
andréa
Tres bien...
yohan

Autres articles du blog

Fermer

RAPPEL IMMÉDIAT ET GRATUIT !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.