DOCUMENTATION GRATUITE

CONTACTEZ-NOUS
01.46.00.68.28
web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

Un portrait-robot à partir de l’ADN

Depuis de nombreuses années, les portraits robots ont été utilisés pour tenter de retrouver les présumés auteurs d’infractions les plus graves. Ces portraits ont, comme la plupart des techniques de recherche des criminels, évolué en parallèle des progrès scientifiques.

Un portrait-robot à partir de l’ADN

Evolution des portraits-robots

 

1. Définition du portrait-robot et les limites de cette technique

La technique du portrait-robot consiste à remplacer les portraits jusqu’alors décrits oralement par un assemblage des différents éléments du visage d’un suspect.

Cette méthode d’identification a fait son apparition lors d’une affaire de crime dans les années 1950.

A l’origine le portrait –robot était réalisé en utilisant des kits et un système de bandeaux permettant l’utilisation d’un grand nombre de formes dessinées préalablement pour chaque partie du visage. C’est la juxtaposition de ces gabarits de tout type de formes et de toutes origines qui permettait d’aboutir à un portrait le plus proche possible de la réalité.

Généralement dessiné ou reconstitué de face le portrait-robot a toujours eu pour limite l’appréciation d’un témoin, les souvenirs de celui-ci ou même parfois les a priori sur telle ou telle origine du suspect par exemple.

De nos jours, plusieurs logiciels permettent d’obtenir le même résultat que les techniques plus anciennes mais bien évidemment de façon plus rapide et avec une possibilité de faire des retouches immédiates.

Reste que le portrait-robot ne pourra rien si les criminels ont anticipé la possibilité d’être reconnus et que pour éviter cela, ils ont complètement changé leur apparence. Il en est de même des photographies ou des caméras de surveillance qui n’auront d’utilité que si les auteurs de l’infraction sont reconnaissables.

Nous le voyons cet outil a permis de résoudre un certain nombre d’enquêtes mais il reste approximatif et faillible. C’est pour cette raison que d’autres techniques ont été recherchées de manière à être totalement objectives et indiscutables auprès des tribunaux lorsqu’il s’agit de condamner la personne incriminée.

2. Le portrait-robot à partir de l’ADN

L’ADN (1Acide Désoxyribo Nucléique) constitue le support de l’information génétique de chaque individu qui possède son propre ADN, différent de celui de tous les autres individus et c’est en cela qu’il est intéressant dans le cadre de la recherche criminelle.

L’utilisation de l’ADN est un système qui a une double fonction puisqu’il peut innocenter ou accuser ; par exemple, si l’ADN du suspect diverge du code-barres des prélèvements réalisés, celui-ci peut être innocenté avec une certitude de 100%. En revanche, et c’est la limite, ce système ne peut confondre avec le même pourcentage de certitude.

Alors qu’en est-il du portrait-robot à partir de l’ADN ?

Les études sur ce sujet sont très récentes. Ces travaux sont encore loin de permettre d’élaborer un portrait-robot à partir d’un prélèvement d’ADN mais elles peuvent permettre de disposer d’informations utiles aux enquêteurs.

Dans l’affaire soumise à la cour de cassation en 2014, il a été possible de déterminer que le suspect était un homme aux yeux marron à la peau mate et aux cheveux châtains ou bruns noirs.

Il est primordial de rappeler que l’identification par empreinte génétique est largement encadrée par la loi et que seuls sont autorisés les prélèvements d’empreintes, la conservation des données et les procédures de rapprochement d’empreintes dans le cadre de comparaisons (1entre une empreinte retrouvée sur la scène du crime et celle d’un suspect). Pour ce faire l’empreinte génétique doit figurer dans le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques.

La cour de cassation dans sa décision précitée affirme que « l’expertise ordonnée par magistrat instructeur (1celui-ci a eu recours à l’expertise du laboratoire d’hématologie médico-légale de Bordeaux) consistait exclusivement à révéler les caractéristiques morphologiques apparentes de l’auteur inconnu d’un crime à partir de l’ADN que celui-ci avait laissé sur les lieux, à seule fin de faciliter son identification ». Ainsi, elle ouvre la porte à des recherches pour des individus qui ne sont pas « fichés » au moment de l’enquête.

L’évolution de la jurisprudence et peut être de la législation relative aux portraits-robots à partir de l’ADN participent au fait que les enquêteurs doivent toujours avoir de nouveaux moyens pour lutter contre des criminels qui disposent de nouvelles technologies.

Et vous que pensez-vous de ces nouvelles évolutions de la société ?

L'avis de nos élèves : Cours Servais

4.3/5 sur 206 avis
C'est tres bien les professeur son a votre ecoute pour vous aide a réussite dans votre projet dans votre concoure je tient a leur remercier...
rosine
Nous sommes bien accueillis et bien encadrés. Les référants sont très à l'écoute et efficaces....
peggy
Super je viens de minscrire est deja un bon suivi....
tiffany
tre bien...
bedja

Autres articles du blog